Le mépris

Chères amies, chers amis, chers confrères,

Brigitte DORMONT, économiste de la santé,  membre du Conseil d’Analyse Economique qui dépend du Premier ministre et réalise des analyses pour le gouvernement sur France Culture, le 19 avril 2015, a tenu des propos dans lesquels elle explicite avec beaucoup de clarté ce que pense les technocrates de la médecine libérale.

Interviewée sur le conflit qui oppose les médecins libéraux à la loi, elle répond : « A propos de la généralisation du tiers payant (…), c’est une mesure qui est extrêmement structurante (…), c’est d’une certaine manière la mort annoncée du système libéral qui est une bonne chose car la médecine libérale est complètement incompatible avec un système d’assurance maladie comme le nôtre (…). Les circuits financiers vont changer
(…), l’assureur paye directement le médecin et ça, ça change tout, et ça rend les médecins effectivement dépendant du financeur (…). Si donc l’assurance maladie veut faire pression sur les médecins, elle a les moyens financiers pour faire pression sur les médecins (…). Les médecins vont dépendre pour leur niveau de vie, pour leur rémunération du financeur (…). »
(http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=5023887, à partir de 35’50’’)

Veut on la mort de la médecine libérale qui pour un des coûts les plus faibles d’Europe permet la prise en charge de la grande majorité des patients?

Les technocrates du ministère ne pourront éternellement traiter les médecins comme leurs employés et la médecine libérale comme une variable d’ajustement. Le SNMR appelle cette personne à présenter ses excuses à tous les libéraux qui, qu’elle le veuille ou non, sont les seuls a même de répondre aux demandes de prise en charge et aux inquiétudes des patients.

twitterscoop it
Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, vous conservez un droit d’accès aux données vous concernant, en vous connectant à votre espace adhérent si vous en avez un ou en adressant votre demande par courrier au SNMR : contact@snmr.org